2985828313_d86bd7e5bd_z

 

Pour rassurer les sunnites en Irak, le premier ministre propose d’armer et de promouvoir les tribus face à Daech. Donc d’une armée nationale on passe à une agglomération de milices affiliées à des tribus. D'ailleurs, c‘est déjà fait pour les chiites. C’est peut-être aux yeux des promoteurs de cette configuration, une meilleure idée que celle d’un état moderne ou la coercition létale est du ressort exclusif de l’armée. C’est quand même étonnant pour un pays qui a encore la mémoire, fraichement meurtrie, Par les dérapages de ces milices tribales. Ce qui l’est encore plus c’est que l’Irak se dit un pays musulman. Les référents religieux sont omniprésents, les imams chiites et sunnites, sont de toutes les décisions. Pourtant s’il est bien une structure que Mohamed, l’envoyé de Dieu, à combattu, c’est bien celle-là. Quand il s’est exilé à Médine, avec ses compagnons issus de divers tribus, il a là-bas, avec celles converties à l’Islam et celles chrétiennes et juives, fondé une communauté, une nation, celle des croyants et aboli les tribus. En instaurant la « concertation » en toutes choses, il a brisé le patrimonialisme tribal et la tyrannie de leurs chefs. En déclarant l’égalité entre les hommes, il a brisé les hiérarchies figées et transmissibles.

Mais que reste-t-il de l’Islam dans ce pays ?

 

Amine Issa

 

17/04/2015